Vous partez en randonnée ? On vous aide à choisir votre bridon-licol, pour partir à l’aventure !

Pourquoi un bridon-licol, plutôt qu’un bridon ET un licol ?

Par praticité pour le cavalier, et par ergonomie pour le cheval.

Bien sûr, vous pouvez superposer un bridon classique, sur un licol plat ou un licol en corde.

L’avantage du bridon-licol, c’est justement d’être un équipement polyvalent, qui réunit les 2 fonctions, et qui évite ainsi les accumulations de couches sur la tête du cheval.

En terme de prix, le bridon-licol (vous trouverez plus d’information ici) est souvent l’équivalent du prix d’un bon licol, et d’un bon bridon… voire même moins cher. Et c’est un atout à prendre en compte.

La règle d’or : le confort !

Votre cheval va potentiellement parcourir beaucoup de km, et porter son bridon-licol en permanence, ou en tout cas, sur la quasi totalité de la journée.

Les ennemis en randonnée sont les frottements.

Vous devrez être attentif dans le choix de votre bridon-licol de randonnée, au confort de votre cheval. Choisissez des matériaux souples. Préférez les bridons-licols avec doublure au frontal, à la muserolle, et à la têtière.

On a poussé le vice par exemple, à mettre des petits patchs de protection derrière la bouclerie de réglage, pour être sûrs d’isoler la peau du cheval des boucles.

Hyper pratique le bridon-licol en randonnée : on enlève le mors, et pause brouting ! 

Hyper pratique le bridon-licol en randonnée : on enlève le mors, et pause brouting !

En cuir ou en synthétique ?

Ca, ça va dépendre de vos préférences !

Le cuir est généralement très prisé des randonneurs. C’est un matériau qui vit, qui se patine avec le temps, la météo… Il s’assouplit, et peut ainsi épouser parfaitement la tête du cheval.

Si vous souhaitez investir dans un bridon-licol en cuir, on vous conseille fortement de choisir un bridon-licol en cuir “gras”. C’est un cuir spécialement traité, pour résister à l’eau. En général, on le reconnaît, car son aspect change lorsqu’on le plie : la couleur évolue. On devine également une petite pellicule grasse.

Tout cette matière grasse permet de nourrir le cuir, sur la durée, mais aussi de repousser l’eau. Le cuir étant saturé en gras, il a moins la possibilité de retenir l’humidité.

Ce cuir est donc plus facile d’entretien, et c’est pratique, quand on veut partir en randonnée pendant une longue période, et qu’on s’expose potentiellement à la pluie, à de fortes chaleurs… bref, aux aléas météo.

Ce type de cuir par contre est proposé dans des palettes de couleur “naturelles”, dans les tons marron ou noir. Difficile de trouver de la couleur pour égayer votre équipement.

A l’opposé, vous pouvez trouver des matériaux synthétiques, comme le BioThane, ou ces équivalents. Ces types de biothane qui ont l’immense avantage d’être encore plus facile d’entretien, et bien plus résistants, 2 qualités majeures quand on effectue sa randonnée.

Ces matériaux proposent en revanche de larges gammes de couleurs, ce qui apporte de la visibilité. Avec un équipement coloré, vous êtes plus facilement repérables et visibles, par les autres usagers que vous allez croiser sur votre chemin.

On vous déconseille le choix des bridon-licol en nylon. Ils se présentent sous forme de sangle, et sont généralement bon marché. Ces sangles sont résistantes, mais plus enclines à se salir. Comme ce sont souvent des produits 1er prix, il n’y a généralement pas de doublures. Mieux vaut investir un peu plus, et se sécuriser sur le confort de son cheval. Les blessures par frottements sont à éviter au maximum.

Les bridons licols en synthétique peuvent aussi exister en coloris noir ou marron, plus “nature”.

Les bridons licols en synthétique peuvent aussi exister en coloris noir ou marron, plus “nature”.

Quelle bouclerie ?

Préférez les boucleries en acier inoxydable, ou en laiton nickelé.

Par sécurité, on vous conseille de préférer les bridons-licols qui sont cousus, avec de la bouclerie, plutôt que des bridons-licols qui ont été assemblés par rivetage.

En cas de souci, si vraiment le cheval tire au renard, les coutures cèderont. Ce qui ne sera probablement pas le cas des rivets. En présence de rivet, c’est la bouclerie qui cèdera avant les rivets… mais à une force plus importante que celle qui ferait péter les coutures.

L’acier inoxydable a l’immense avantage de ne pas rouiller. Hélas, il y a énormément de qualités d’acier inoxydable sur le marché, dont les performances diffèrent.

L’acier inoxydable finit quand même par rouiller, si jamais il est exposé à de l’eau salée par exemple, et qu’il n’est pas rincé. Personnellement, j’ai plutôt tendance à conseiller les boucles en laiton nickelé : ce métal est bien plus intéressant pour les efforts dits “de fatigue”. Ce sont des boucles qui se déforment davantage en cas de force violente, là où l’acier inoxydable aura tendance à se casser.

Les rênes ?

Pour les rênes, chaque cavalier a ses préférences. En randonnée, ce sont souvent les rênes en corde qui sont le plus utilisées. Elles sont souples, agréables en main, et la préhension est agréable, par leur rondeur.

Elles peuvent jouer également le rôle de longe.

Bien sûr, vous pouvez utiliser des rênes en caoutchouc. Mieux vaudra prévoir une longe pour attacher votre cheval, dans ce cas.

Souvent, ces rênes sont finies par des mousquetons, mexicains ou plats, qui permet de rapidement les déplacer de l’anneau du mors à l’anneau d’attache du licol, par exemple.